* * * * *

Abonnez-vous !

Innovablog, Le Web où l’Innovation ordinaire : design, ergonomie, interfaces riches, web 2.0, eCommerce,…

  • A propos de l’auteur
  • Archives
  • Contacts
  • 3
    nov 07

    Intelligence économique : Web, blogs et réputation



    A l’heure où les blogs et les consommateurs deviennent tout puissants, je profite du JT de TF1 de Anne-Sophie Lapix pour vous proposer un billet orienté Intelligence Economique, l’un de mes sujets d’intérêt. TF1 a en effet mis à l’honneur dans l’un de ses reportages la question de la réputation sur Internet. La e-réputation devient un enjeu capital sur Internet pour nombre d’entreprises.

    Web, blogs et réputation - Source : http://www.slideshare.net/toddand/social-media-relations

    Le web social fait trembler les marques

    Le web dit “social” qui prône le User Generated Content, et où les commentaires deviennent aussi importants que l’article lui-même fait trembler les marques qui peuplent notre environnement.

    Le “social media“, forums, wikis, commentaires, systèmes de notation libre, blogs, sites de partages multimédia (Youtube), sites communautaire (MySpace) mais surtout sites de retours d’expérience consommateurs (Ciao, 123consommateurs.com, etc…) permettent de publier facilement du contenu sur Internet et de le partager avec d’autres internautes. Et je cite Nicolas Chazaud :

    Ces outils, qui permettent aux stakeholders d’échanger de l’information et de générer des réactions en temps réel, représentent un nouvel enjeu pour les entreprises soucieuses de surveiller leur environnement informationnel et de prévenir les crises de réputation.

    Une étude NetObserver publiée par le Journal du Net sur le marketing d’influence a montré récemment la croissance de la production de contenu généré par les utilisateurs, sous la poussée des 15-34 ans.

    Ceci a une influence sur la réputation des marques, des produits et des services, dans la mesure où la consommation de ce type de contenu progresse en parallèle. Ainsi, si plus de 15 % des internautes ont donné leur avis sur un produit ou un service au cours des 6 derniers mois dans les pays étudiés (notamment 28 % des hommes de 15-34 ans au Royaume-Uni), ils sont encore plus nombreux à consulter des avis (notamment 45 % des hommes de 15-34 ans en France, 37 % des internautes de 15 ans et plus), et plus de 43 % à se fier “souvent” aux avis des internautes avant d’acheter (notamment 61 % des hommes de 15-34 ans en France).

    D’où l’intérêt pour les marques de participer aux échanges entre internautes, de les nourrir, et d’utiliser les mêmes moyens qu’eux pour s’exprimer sur le Web.

    Crises de cyber-réputation

    E-réputation de Nissan - Source http://www.pointblog.com/

    Les marques s’exposent ainsi à toutes sortes de crises. Plusieurs exemples peuvent être cités :

    • Le cas Nissan : pour le lancement d’une série limitée de la Nissan Micra, un mini-site dédié sous forme de blog… alimenté par l’entreprise elle-même. L’affaire est révélée sur la blogosphère, énorme couac de communication.
    • Le cas l’Oréal : Le 6 juillet, L’Oréal défrayait la chronique, pris la main dans le sac (condamnation) pour une sombre affaire de discrimination à l’embauche.
    • L’affaire Blackwater : Mark Penn, le très controversé, conseiller de Hillary n’est autre que le Président de Burson-Marsteller qui signe avec Blackwater l’une des Sociétés Militaires Privées (PMC en VO) les plus proches des RépublicainsSMP leader en nombre d’hommes (et de $$$) en Irak qui s’avère être l’une des patates chaudes du débat dans la course à la Maison Blanche
    • L’armée américaine mise à nue par un blogger italien : un bloggeur italien féru d’informatique a pu récupérer et difuser sur Internet des informations top-secrètes de l’armée américaines.
    • HSBC : qui fait machine arrière face à des étudiants regroupés dans un groupe Facebook.

    La riposte des marques

    Pour tenter de prévenir et d’anticiper ces crises, l’intelligence économique [2], et notamment les pratiques liées à la veille stratégique, peuvent être plus qu’utiles. Habitués à travailler avec l’information, les professionnels de la veille peuvent en effet mettre cette expertise à profit pour surveiller et gérer ce capital informationnel qu’est la réputation.

    Des entreprises se spécialisent donc aujourd’hui dans les problématiques de e-réputation. Pour en revenir au but initial de mon billet, TF1 s’est donc intéressé à l’entreprise Scanblog, et c’est la charmante Anne-Sophie Lapix qui lance le magnéto (via) :

    Pour ceux que ce nouveau business intéresse, je peux vous conseiller un dossier du Journal du Net dédié.J’aimerais connaître votre opinion sur le sujet. Tout d’abord sur l’Intelligence Economique, terme qui commence à rentrer dans nos vocables mais pas encore si compréhensible pour tous. Est-ce que vous connaissez ? D’autre part, qu’est-ce que vous inspirent ces questions de répution de vos marques ? Indifférence, peur, révolte ? Profitez… du web social pour vous exprimer ! :)

    Cet article vous a plu ? Ne perdez plus aucune info : abonnez-vous gratuitement !

    A vous de jouer ! Laissez un commentaire :

    XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

    Innovablog motorisé par WordPress
    Theme Wordpress par Olivier Favre
    Site Map
    RSS Feed
    Contenu intégralement sous licence Creative Commons