* * * * *

Abonnez-vous !

Innovablog, Le Web où l’Innovation ordinaire : design, ergonomie, interfaces riches, web 2.0, eCommerce,…

  • A propos de l’auteur
  • Archives
  • Contacts
  • 20
    nov 07
    Catégorie : Analyse

    TinyURL : ou comment rendre le web invisible



    Raccourcicement d’URL : TinyURL Les services de raccourcissement d’URL (ou URL shortening) font partie intégrante de notre quotidien du web. Ils sont à la fois multiples et largement intégrés dans nos applications. Et lorsque hier j’ai lu un billet annonçant que le service TinyURL était tombé durant quelques heures, j’ai eu soudain peur !

    Concept

    Ces services de raccourcissement d’URL permettent de transformer une longue URL en un URL réellement courte. On peut très rapidement passer de 100/150 caractères à 30.
    Exemple :

    Raccourcicement d’URL : TinyURL exemple de raccourcissement

    D’un point de vue plus conceptuel, une URL raccourcie est avant tout une URL. Au lieu de pointer directement vers l’adresse d’une ressource Internet, l’URL raccourcie pointe vers un service intermédiaire de résolution. Ce service effectue la correspondance avec l’URL appelée et retourne d’une façon plus ou moins directe l’URL finale au client. En language Web, ceci est une redirection http.

    Les bénéfices d’un service d’URL shortening ?

    Ces services apportent une réelle utilité dans de nombreuses situations :

    • Pour tous les propriétaires de sites / blogs qui veulent faire des URL plus courtes, plus propres (plus de paramètres du type &var=124&var2=125…)
    • Pour les utilisateurs de tous les Twitter-like du web : le service y est inclus en natif et permet à la volée de réaliser la transformation.
    • Pour les envois d’URL par email, messagerie instantanée : lors de l’envoi de longues chaînes, les clients mails effectuent des retours chariot forcé, cassant les chaînes, et pouvant parfois briser les URL.

    Le marché ?

    Raccourcicement d’URL : SnurlHistoriquement, c’est TinyURL.com qui a démocratisé le marché du raccourcissement d’URL. Mais on trouve aujourd’hui des dizaines de services analogues, parfaites copies pour la plupart :

    Si le bénéfice apporté à l’utilisateur est bien réel, on peut s’interroger sur les conséquences plus globales d’un tel service.

    Une “substitution” à la base DNS

    Le principe fondamental de l’Internet est de donner une adresse propre à chaque ressource. En d’autres termes chaque page Internet dispose de sa propre adresse URL (Uniform Ressource Location) accessible de n’importe où sur le réseau. L’URL est appelée via une surcouche, le système des DNS ou Domain Name System. Le DNS est un système permettant d’établir une correspondance entre une adresse IP et un nom de domaine et, plus généralement, de trouver une information à partir d’un nom de domaine.

    Selon Wikipédia toujours :

    Quand un utilisateur souhaite accéder à un site, comme par exemple http://www.innovablog.com, son ordinateur émet une requête spéciale à un serveur DNS, demandant ‘Quelle est l’adresse de http://www.innovablog.com ?’. Le serveur répond en retournant l’adresse IP du serveur.

    Et c’est grâce à cette adresse IP que votre navigateur parvient à localiser la machine hébergeant physiquement le site, et donc à l’afficher.Or avec le système des URL raccourcies, on pourrait considérer que pour appeler le même site, on ne l’appelle non plus par sa propre adresse DNS, mais par son adresse de substitution. Jusque là tout va bien me direz-vous.

    Le web invisible

    On peut tout de même se poser quelques questions. Outre les critiques de base :

    • Lorsque vous lisez un texte utilisant des hyperliens raccourcis, vous êtes de fait obligé pour connaître le lien de destination de le cliquer. Aucun choix n’est possible en amont, ce qui n’est pas bon pour l’expérience utilisateur sur le site en question.
    • En termes de référencement : l’URL raccourcie peut être scrollée par les moteurs et ainsi être indexée en lieu et place de l’URL d’origine avec toutes les répercussions négatives que l’on peut imaginer notamment en terme de perte de notoriété et donc de PageRank sur le domaine principal. Voici un petit exemple où un page du site live.com est indexée sous l’URL http://redir.fr :

    Raccourcicement d’URL : Impact sur le référencement

    D’autres questions me sont venues à l’esprit :

    • Oui mais le jour où le (ou les) site en question tombe, que fait-on ? Que se passe-t-il ainsi en cas de panne, de coupure du service ? TinyURL déclare 54 millions d’URL enregistrées pour 1,6 milliard d’appels par mois.
    • Lors de la coupure de ce service, c’est donc toute une partie du Web qui est devenue invisible (à ne pas confondre avec ce que l’on appelle communément le Web invisible). Invisible car inaccessible et non pas disparue, puisque les sites web originaux étaient eux bien présents et disponibles, mais pas leurs URL de substitution !
    • Plus globalement, c’est une question de fond : lorsqu’un service (une entreprise) s’arroge une part dominante d’une activité, sans aucune garantie de service liée (aucun de ces service ne s’engage contractuellement sur un SLA par exemple), une fragilité se crée.

    Pour finir, je suis surpris qu’aucune norme ne soit actuellement en vigueur dans cette activité. En effet, si la cinématique semble claire (à quelques variantes près : avec ou sans publicité, redirection après un certain temps de latence,…), les procédés d’encryptage sont multiples.
    Quelqu’un a-t-il eu vent d’une norme existante ou en projet à ce propos ?

    Cet article vous a plu ? Ne perdez plus aucune info : abonnez-vous gratuitement !

    A vous de jouer ! Laissez un commentaire :

    XHTML: Vous pouvez utiliser ces tags: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <code> <em> <i> <strike> <strong>

    Innovablog motorisé par WordPress
    Theme Wordpress par Olivier Favre
    Site Map
    RSS Feed
    Contenu intégralement sous licence Creative Commons